Dormir avec son bébé est une pratique courante chez les mamans. Mais on est parfois perplexe à le faire. Voici ce dont vous devez prendre connaissance avant de faire votre choix.

Le cododo est-il une pratique universelle ?

Si le co-sleeping est encore pratiqué dans de nombreuses sociétés, en Europe, les choses ont évolué : au début de l’avant-guerre, on est passé d’un modèle où tout le monde dormait dans la même pièce (parce qu’il n’y avait pas de place et pour avoir moins froid), à un nouveau modèle culturel, où les parents dorment dans leur chambre et les enfants dans la leur. Cependant, le cododo connaît depuis les années 2000 un retour en force, porté par une approche plus « naturelle » des premiers contacts avec le nouveau-né.

Un contact rapproché avec le bébé, c’est indispensable

Le souhait de pratiquer le cododo dépend surtout du vécu de la grossesse et de l’accouchement. Si, enceinte, on a eu peur pour la vie de son bébé, si l’accouchement a été compliqué, s’il est prématuré, s’il a dû être hospitalisé, la maman se sent « dépossédée » de son bébé. Le co-sleeping semble être un moyen de combler ce manque. Ce besoin de contact avec son bébé peut s’exprimer aussi par du corps-à-corps durant la journée, la maman peut le bercer, lui chanter des mélodies, le prendre avec elle pendant les siestes. 

Les premiers mois, une envie de fusion avec bébé

Il est logique qu’une maman soit dans une période de fusion avec son bébé les 3 premiers mois. Après 9 mois de grossesse, ils ont besoin de temps pour faire se connaître, et cette période de fusion est importante au bien-être de la maman et de son bébé. Cette lune de miel amoureuse, que le pédiatre et psychanalyste Britannique Winicott a appelé « préoccupation maternelle primaire », dure environ cent jours. Le message est clair : si la maman a besoin d’avoir son bébé à côté d’elle, elle doit le faire. Ce qui est bénéfique les premiers mois, c’est que l’enfant et sa mère soient dans la même chambre, qu’il l’entende, la sente, se rassure et qu’elle aussi l’entende. Mais cela peut être chacun dans son propre lit. 

Le cododo peut-il être dangereux pour le bébé ?

Quand le bébé vient à peine de sortir de votre ventre et qu’il ne bouge pas trop, il faut tout de même être vigilant. Si vous sentez que vous êtes très fatiguée, essayez tout de même de le poser dans son berceau. Cela va vous permettre de dormir quelques heures l’esprit tranquille, sans avoir peur de faire un mauvais mouvement dans le lit.

Car certes, le cododo permet à chacun de trouver la tranquillité et de se reposer, mais vous dormez néanmoins sur une oreille. Peur qu’il tombe, peur de vous retourner en dormant, peur de faire un geste brusque… Il faut trouver le juste compromis, le bon équilibre pour que le bébé y trouve son compte et que vous vous soyez moins fatiguée.