L’un des deux grands premiers défis de l’enfant se trouve dans son développement moteur. Or, cette prise de conscience et ce développement de la capacité à mouvoir son corps peut parfois être plus longues pour certains. Pas d’inquiétude ! Cela ne doit pas devenir une source d’angoisse ; le développement de votre enfant n’est pas une course !

La motricité globale

La forme de motricité à laquelle on pense immédiatement est la motricité globale : s’asseoir, marcher, courir, … Elle permet d’exercer l’équilibre et la coordination grâce aux grands muscles du corps.

Il est indispensable de respecter le rythme d’apprentissage moteur de son enfant, en particulier de la position sur le dos à la marche. Le mettre en position assise, ou encore le faire marcher en le soutenant par les aisselles sans qu’il ne l’ait déjà fait de lui-même auparavant ne l’aidera pas à comprendre le mécanisme qu’il doit réaliser pour atteindre cette position.

De plus, laisser libre cours à son exploration contribue également au développement de sa confiance en lui-même. 

La motricité fine

Moins connue, la motricité fine est également une grande nouveauté pour l’enfant. Elle correspond par exemple à la saisie des objets, à leur manipulation, ou encore au jonglage. Le but ici sera de développer son habilité.

Ainsi, peut-on lui proposer diverses activités manuelles telles que le découpage, le dessin, ou même le collage. Enfiler des perles ou jouer avec de la pâte à modeler peuvent également être très intéressant, car le toucher sera d’autant plus privilégié.