Avec le confinement, les parents l’ont bien vu : faire cours à la maison n’est pas si simple. Certains enfants assimilent des notions beaucoup plus rapidement que d’autres. Cela ne remet aucunement en cause leur niveau intellectuel, peut-être faut-il simplement changer de méthode. Et pour cela, le plus simple est de connaître le type de mémoire qui favorise l’apprentissage de chacun pour pouvoir adapter au mieux les méthodes, et notamment pour l’apprentissage de la lecture.

On distingue trois mémoires différentes liées à l’apprentissage : la mémoire auditive, visuelle et kinesthésique.

Mémoire auditive

Votre enfant apprend beaucoup plus facilement lorsqu’il récite oralement sa leçon ou encore lorsqu’il écoute quelqu’un parler d’un sujet précis ? Il possède sûrement une mémoire auditive à prendre en considération. 

Ainsi, entendre et réciter seront ses plus grands atouts. De plus, la majorité du travail de mémorisation se fera en classe, de part les explications de l’enseignant. 

En ce qui concerne l’apprentissage de la lecture, le plus facile pour un auditif sera sûrement d’introduire le son de la lettre, puis travailler sur la reconnaissance auditive des sons.

Mémoire visuelle

Un visuel assimilera plus rapidement des notions écrites, illustrées ou encore mis en avant par les couleurs. Les images s’ancrent dans la mémoire, c’est pourquoi cette mémoire est dite photographique.

Si vous désirez commencer l’apprentissage de la lecture avec votre enfant possédant une mémoire visuelle, il sera conseillé de lui montrer les lettres qui forment chaque son. La méthode globale sera plus adaptée aux apprenants visuels.

Mémoire kinesthésique 

Mémoire dont les méthodes d’assimilation sont les plus élargies, elle peut tout aussi bien concerner les personnes qui apprennent plus facilement en recopiant maintes et maintes fois une notion, qu’une personne que l’on pense en manque de concentration. En effet, certains enfants s’agitent souvent plus que d’autres sur leur chaise durant les cours, ou jouent constamment avec leur matériel scolaire par exemple. Cela peut s’expliquer par la prédominance de leur mémoire kinesthésique.

Ainsi mémoriseront-ils mieux en bougeant – comme par exemple en allant au tableau -, ou encore en touchant des objets qui les entourent de part le sens du toucher. On notera également que réécrire plusieurs fois les informations ou les dessiner, les placer dans des tableaux peut faciliter leur apprentissage.

Un alphabet mobile tel que certaines écoles Montessori peut être une très bonne méthode pour apprendre à lire à un kinesthésique, ainsi qu’une première approche à l’écriture en combinant les lettres.

Apprendre à son enfant à utiliser sa mémoire dominante peut être la clé pour lui donner – ou redonner – goût à l’apprentissage, et ainsi l’aider à s’épanouir davantage.